Le Frigo.fr

La Web Radio présente une mise en musique de mon tableau

Le Voyageur du RER.

Cette oeuvre musicale a été réalisée par Julie Roué et Malo Thouément. Cliquez sur la photo et... shut ! on écoute !

Cartel du Tableau

  • « Le voyageur du RER »
  • Date de réalisation : 2013
  • Dimensions : 54 x 65 cm
  • Technique : acrylique et huile sur toile.  

Ce tableau s’inscrit dans « une série » que j’ai intitulée

 

Les portraits célèbres de l’Histoire de l’Art…. revisités.

 

 

Mon objectif était (est) de revisiter les célèbres portraits de la peinture pour tenter d’imaginer ce qu’auraient représenté les artistes depuis la Renaissance jusqu’au XIXème siècle s’ils avaient vécu à notre époque. Quels seraient alors les muses, amateurs d’art, artistes, commanditaires ou modèles qui les inspireraient ?


Tout a commencé alors que je lisais le célèbre roman de Tracy Chevallier, La Jeune Fille à la Perle, un roman inspiré du tableau du même nom peint par Johannes Vermeer vers 1665 et conservé au Musée Mauritshuis de la Haye.

Le roman m’avait plongé dans cette ambiance du XVIIème siècle, pourtant en allant faire mes courses dans un supermarché discount de mon quartier, j’ai cru voir en la caissière la célèbre muse du peintre. C’est à ce moment, et avec l’accord de la caissière, que j’ai peint le premier tableau de « ma série ». De l’imaginaire du tableau et du roman à ma vie de femme du XX/XXIème siècle, il n’y avait qu’une différence : l’espace-temps !

 

J’étais donc à l’affut de visuels dans ma vie quotidienne qui auraient pu coïncider avec ceux de tableaux de Maîtres. 

C’est ainsi qu’un matin, en prenant le RER, j’ai vu ce jeune homme appuyé sur son skate-board. Cette image s’est aussitôt calquée sur celle du tableau de Caspar David Friedrich, peint en 1818, conservé à la Kunsthalle de Hambourg et intitulé Le voyageur contemplant une mer de nuages.

Les deux voyageurs se trouvaient dans des endroits drastiquement différents et pourtant beaucoup de choses les rapprochaient : la posture du corps, un sentiment de solitude qui émanait d’eux et une sorte d’intimité qui se dégageait malgré un environnement foisonnant. Ces deux personnages m’ont propulsé dans ce merveilleux voyage à travers le temps !

 

 

J’avais déjà été sensible à cet environnement de transport puisque j’avais réalisé un tableau qui s’inscrivait dans une série intitulée Le Jardin des Délices : à quand la télé-transportation ?

Pour les Conférences

"Histoire de l'Art",

 

Le détail dans la 

rubrique "Actualité"

inscription dans la 

rubrique "contact"

 

à bientôt,

Valérie Voinchet